Référencement naturel : Les dernières évolutions de Google !

Temps de lecture estimé : 2’45
× Afin de partager cet article avec l’un(e) de vos ami(e), merci de compléter le formulaire ci-dessous :

Référencement naturel : Les dernières évolutions de Google !

Principal levier d’acquisition de trafic, le référencement naturel demeure indispensable pour augmenter le nombre de visiteurs sur votre site web. Avec 92 % de part de marché, Google apparaît comme le seul moteur de recherche à prendre en compte dans votre stratégie SEO. Seulement, le géant américain ne cesse de faire évoluer ses algorithmes. L’occasion pour nous de revenir sur les dernières évolutions de Google en terme d’indexation des sites web.

Qu’est-ce que le référencement naturel en 2017 ?

La complexité des algorithmes de Google est tel, que certains prétendent que même les meilleurs employés de la firme ne sauraient prévoir l’intégralité des facteurs pris en compte par les GoogleBots. En effet, Google tient compte de plus de 200 indicateurs pour positionner votre site web dans ses résultats.

Heureusement il existe toujours de grand principe qui reste valable au fil des années, permettant à votre site de rester bien classé. Première, il est utile de préciser que Google place toujours l’utilisateur au centre de ses préoccupations. Sa principale vocation est de lui proposer une réponse de la meilleure qualité possible en fonction de sa recherche.

Et pour ce faire, Google privilégie les pages web dont le contenu est unique, structuré, utile et intéressant. Ce contenu doit également être cohérent avec les autres pages du site web, lequel doit régulièrement être mis à jour. Le tout doit être accessible sur un site sécurisé via https et relayés par de nombreux autres sites de façon qualitative.

Il serait bien évidemment irréaliste de penser que ces grands principes permettent de résumer les efforts à mener pour un référencement naturel performant. Un simple article ne suffirait à expliquer toutes les techniques à utiliser. C’est pourquoi nous reviendrons sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre, au sein de ce blog. Intéressons tout d’abord aux récentes évolutions de Google.

La lutte contre les liens spam

Au cours du premier trimestre 2017, Google a annoncé sa mise à jour nommée Fred. Cette dernière s’intéresse principalement à la qualité des liens présents sur un site web. Cette évolution vise à lutter contre les sites dont l’objectif principal est de générer des revenus à travers la publicité.

Ainsi les liens sortants sont donc analysés afin de savoir si ces derniers restent cohérents avec le contenu du site. L’enjeu est de vérifier si ces liens ont la véritable vocation de fournir une réponse à la requête de l’internaute. Généralement les sites exerçant les pratiques suivantes ont vu leur classement décliner : l’affichage d’une grande bannière pub dans la partie haute du site, un contenu essentiellement textuel, un ratio annonces/contenu trop élevé et une mauvaise structuration de l’information.

Les liens entrants ont également été la cible de la mise à jour Fred. Autrement dit, les liens provenant de sites externes et redirigeant vers votre site doivent rester cohérents et de qualité. Google entend ainsi dévaloriser le classement des sites dont l’acquisition de liens serait jugée comme douteuse.

La suprématie du mobile

Annoncé au printemps 2017, le projet Index Mobile First de Google devrait voir le jour en 2018. La volonté de Google d’analyser les versions mobiles des sites, plutôt que les versions ordinateurs, semble avoir pris du retard. Cette mise à jour fait l’objet d’une suite logique des décisions prises précédemment par le moteur concernant les Smartphones.

En 2015, les Googlebots commençaient déjà à déclasser les sites dont le contenu n’était pas optimisé sur les téléphones portables et les tablettes. En août 2016, Google annonçait sa décision de pénaliser les sites publiant des pop-ups sur les mobiles.

Dorénavant c’est l’indexation entière qui va être opérée sur les sites selon leur version mobile. Ce choix a été motivé par le fait que les connexions internet sont désormais plus fréquentes sur mobile que sur ordinateur. Il n’est donc plus question de faire l’impasse sur un design responsive.

La recherche vocale

Actuellement 20 % des recherches faites sur mobile sont vocales aux états unis, selon Google. Un chiffre encore difficile à estimer en France. Cependant, ComScore envisage la montée en puissance de cette tendance, avec 50% des recherches réalisées par la voix d’ici 2020.

Ce comportement de la part des utilisateurs devrait considérablement bouleverser l’univers du référencement naturel tel que nous le connaissons aujourd’hui. En effet, il ne convient plus ici d’anticiper les mots clés d’une requête mais bien de comprendre l’intention de l’utilisateur. Google affirme par ailleurs depuis longtemps ne plus vouloir être un moteur de recherche mais un fournisseur de réponses.

Prenons l’exemple d’un utilisateur qui souhaite trouver un programme intéressant pour sa soirée télé. La requête écrite la plus prévisible serait « programme tv ». La requête vocale pourrait cependant être bien différente. Par exemple, « Qu’est ce qu’il y a d’intéressant à la télé ce soir ? » ou encore « Quels sont les films d’actions qui seront diffusés ce soir ? ». Il convient donc de remettre l’utilisateur dans son contexte et d’anticiper la formulation de sa question pour pouvoir engager une forme de conversation.

D’autre part, le premier résultat fournit par Google est généralement le seul que l’internaute va consulter. Contrairement à une requête écrite, l’utilisateur passera beaucoup moins de temps à analyser les différents résultats proposés par le moteur de recherche. La nécessité d’occuper la fameuse position 0 va encore s’amplifier.

Enfin bon nombre de recherches vocales font l’objet d’une requête sur le plan local. L’utilisateur aura en effet plus de facilités à utiliser sa voix pour trouver une solution géographiquement proche de lui. Une aubaine pour les commerces de proximité. Cette opportunité s’accentue par le fait que 18 % des recherches locales engendrent un achat, contre seulement 7 % des recherches classiques.

Vous l’aurez compris, l’avenir du référencement sera bel et bien local, vocal et mobile.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *